Avant de se rendre au "Ponte Milvio", il convient peut-être de se rendre Piazza Bocca della Verità. La Bouche de Vérité (Bocca Della Verità en italien) est un masque de marbre en relief (rose pavonazzetto de Turquie) de grand diamètre (1,75 m). Consacré dans la Rome antique à une divinité fluviale, il a des yeux circulaires et la bouche ouverte. On le trouve aujourd'hui dans le portique de l'église de Sainte Marie en Cosmedin (Santa Maria in Cosmedin), église construite en 1200 où encore actuellement sont célébrées les fonctions avec le rite Byzantin) depuis 1632.

Bouche

La Bocca della Verità

La tradition veut que celui qui prêtait un serment mettant la main dans cette bouche ne pouvait pas le retirer s'il avait dit un mensonge puisque la bouche était brusquement refermée et la main coupée avec une morsure violente. La légende raconte qu'un mari jaloux qui avait des soupçons sur l'infidélité de sa femme, lui fit mettre sa main dans la Bouche de la Vérité. Parmi les spectateurs, un jeune sortit de la foule avant qu'elle n'eut mis la main à l'intérieur et l'embrassa. Le jeune, qui fut cru un idiot, put s'en aller : c'était en réalité l'amant. Quand la femme jura de ne jamais avoir été touchée que par son mari et ce jeune imbécile, elle déclara donc la vérité. Sa main ne fut pas coupée et les doutes d'infidélité de son mari furent dissipés.

En réalité, la bouche était utilisée à l'époque romaine comme couvercle contre les mauvaises odeurs des eaux noires de la Cloaque Maxime (Cloaca Maxima, collecteur des égouts du Forum Romain construit entre la fin du VIe siècle et le début du Ve siècle avant Jésus-Christ).

N.B. : la bouche fut le spectateur d'exécutions capitales par guillotine. Le bourreau de Rome Mastro Titta tranche (Le Sanson italien) a à lui seul coupé 516 têtes de 1796 à 1864.